Copyright © 2021. Tous droits réservés.

Batracodrome à Gambais

Migration des Amphibiens :
PAS DE CONFINEMENT POUR LES CRAPAUDS !
                
Ils rampent, ils marchent, ils sautent à travers le bois... ils se glissent entre les feuilles, se faufilent sous les branches jonchant le sol... rien - ou presque - ne peut les arrêter !
                
Crapauds, grenouilles, tritons et salamandres... le petit peuple des Amphibiens, par centaines, par milliers, convergent vers la mare qui les a vus naître. Pour les Crapauds communs, les rassemblements peuvent être spectaculaires.
                
Cette migration massive (dite pré-nuptiale) est le prélude à la saison des amours et pour les Batraciens, la St-Valentin va durer plusieurs mois, au fil des déplacements des différentes espèces.
                
Pour chaque individu un seul objectif : foncer droit devant pour aller se reproduire... pour transmettre ses gênes, pour perpétrer l'acte de vie qui va permettre à l'espèce de se renouveler, et à une population locale de maintenir ses effectifs.
                
Comme leur nom l'indique, les Amphibiens ont deux vies (du Grec amphi, double et bios, la vie), d'abord une vie aquatique à l'état larvaire, suivie une vie terrestre à l'état juvénile puis adulte. C'est dans l'eau que les oeufs ont été pondus, c'est dans la mare que les têtards ont connu leur métamorphose (acquisition progressive des pattes pour se déplacer et des poumons pour respirer à l'air libre), leur permettant de passer à la vie terrestre, et c'est dans l'eau que les adultes ayant acquis la maturité sexuelle retourneront pour se reproduire et déposer leurs oeufs, à nouveau, pour que la vie continue. 
                
Dans le cycle vital de Amphibiens, les milieux aquatiques petits et grands, fossés, ornières forestières, mares, étangs... sont des maillons nécessaires, indispensables...et pour tout dire : vitaux !
                
Au cours du siècle dernier, plus de la moitié des zones humides en Europe et dans le monde a disparu (CEE, 1995). Notre pays n'est pas épargné, la France a perdu 50% de la surface de ses zones humides entre 1960 et 1990.
                
A un rythme moindre, ces phénomènes de destruction et de dégradation des zones humides perdurent encore aujourd'hui, en dépit de la prise de conscience de la valeur de ces milieux et de la mobilisation pour leur protection.
Depuis bientôt 40 ans, la France s'est engagée à préserver les zones humides sur son territoire, notamment à travers la signature de la convention internationale de Ramsar.
(sources Eau France,  OFB, Office Français de la Biodiversité
                
Les Amphibiens juvéniles et adultes mènent donc (presque) toute l'année leur activité  terrestre, établissent leurs quartiers d'été dans les secteurs où la nourriture est abondante, puis en automne, migrent en direction de leurs quartiers d'hiver, généralement des zones boisées voir forestières, plus ou moins proches de la future mare de reproduction.
                
Là ils s'enterrent, se cachent sous les feuilles ou dans des trous de rongeurs, sous des souches, pour hiverner et mener une vie au ralenti. Animaux à "sang froid", n'ayant pas de température corporelle minimum à entretenir, ils doivent tout de même se protéger du gel... pour survivre,  en attendant les jours meilleurs.
                
Les secrétions hormonales (en particulier l'effet de la prolactine, une protéine secrétée par la glande hypophyse), vont sonner l'heure du réveil et de la reprise d'activité. Dès le mois de janvier en région parisienne, pour les espèces les plus précoces, l'heure de la migration prénuptiale a sonné.
                

Ce sont les Tritons palmés Lissotriton helveticus, qui ouvrent le bal.

A condition toutefois que les conditions météorologiques favorables soient réunies.
                
La température est la condition sine qua non : un minimum de 6° ou 7° degrés est nécessaire à l'activité des Batraciens, dont la température corporelle se calque sur celle de l'atmosphère ambiante au niveau du sol.
                
Le taux d'humidité est également requis, et la pluie un facteur extrêmement favorisant.

D'une façon générale, les Batraciens ou Amphibiens, qui se définissent comme des vertébrés terrestres "tétrapodes" (dotés de 4 pattes), à peau nue (absence d'écailles, de poils ou de plumes), ont besoin de garder une peau toujours humide, et se déplacent de façon préférentielle la nuit, lorsque le taux hygrométrique est le plus élevé.
                
Vers la fin janvier et en février, au cours de ces migrations nocturnes, les Grenouilles rousses Rana temporaria, se mêlent aux Tritons palmés Lissotriton helveticus, puis aux Tritons alpestres Ichthyosaura alpestris ... rejoints bientôt par les Crapauds communs Bufo bufo, un peu moins précoces. Ces derniers seront aussi de la fête, avec des pics migratoires à la mi-mars dans notre région, passant alors par centaines à la fois au cours de la même nuit.
                

La marche en avant des Crapauds communs est alors massive, explosive, rien ne les arrête !!  Rien ? 
                
Rien sauf un obstacle imprévu mais majeur, une voie routière, la Départementale 112 entre Gambais et Gambaiseuil, qui les empêche de rejoindre l'étang des Bruyères, le lieu de leurs amours.

Cette infrastructure, sillonnée de jour comme de nuit par quelques milliers de véhicules, va transformer leur trajectoire vers la vie en un cimetière, une hécatombe sanguinolente sur l'asphalte !
                
                
Entre la forêt d'hivernage et l'étang de la reproduction, la route D112 est une rupture dans la continuité du cycle de vie des Batraciens, un obstacle mortel qui a demandé une "riposte" : l'installation d'un dispositif de sauvetage, le batracodrome de l'étang des Bruyères, monté et démonté chaque année, depuis l'année 2009. 
                
         
                


2014



2013



2012

2021

                            
                 
                        

2020

                            
                            
                           
                        

2019

                            
                            
                           
                         

2018

                            
                            
                         
                                 

2017

                            
                            
                           
                    

2016

                            
                            
Natureparif, l'Etat et la Région Île-de-France ont organisé le 7 juin 2016 une journée d'exposés, présentation sur le thème "Du batracodrome au batracoduc" par Nicole MEYER et Dominique Robert, ATENA 78.
                            
                            
                            
                       
                         

2015

                            
                            

Dernière mise à jour : samedi 18 septembre 2021
Copyright ((c)) 2010. Tous droits réservés.
Association Terroir et Nature en Yvelines
Mairie de Houdan - 78550 HOUDAN

Nous contacter :
atena.yvelines@orange.fr