Château de Jouars-Pontchartrain

Plan de soutien à la colonie de Murins à oreilles échancrées
Par Alexandre Mari et Dominique Robert


Une colonie de mise-bas du Murin à oreilles échancrées (Myotis emarginatus) a été découverte au cours de l'été 2008, dans une annexe du Château de Pontchartrain, par les techniciens du Parc Naturel Régional de la Haute Vallée de Chevreuse.
Le Murin à oreilles échancrées figure aujourd'hui parmi les espèces les plus rares en région Ile-de-France. Il est inscrit à l'annexe II de la Directive européenne Habitats-Faune-Flore 92/43/CEE.
La nurserie de Pontchartrain est l'une des 3 connues actuellement en Ile-de-France.
Elle regroupe entre 20 et 30 femelles pour 10 à 20 petits par an.
C'est actuellement la colonie qui présente l'effectif le plus important (9 à 12 femelles à la Queue-les-Yvelines et 15 à 20 à Lommoye).
Cliquez pour agrandir l'image
La préservation de ces trois colonies d'estive figure actuellement parmi les actions prioritaires à entreprendre pour permettre la sauvegarde de l'espèce en région Ile-de-France, notamment dans le cadre de la déclinaison régionale du Plan National d'Actions Chiroptères.


Comment consolider la colonie de Pontchartrain ?


  • Aménagement du comble
Avec l'autorisation du propriétaire, une cloison en bois a été posée dans le comble, pour éviter l'intrusion de la chouette effraie, prédateur possible des Chauves-souris.

  • Plantation d'un linéaire de 3 km de haie
Le Murin à oreilles échancrées glane ses proies favorites (araignées et diptères) dans le feuillage des arbres, principalement dans les zones de lisières.


Afin d'enrichir le territoire de chasse de la nurserie, un linéaire de 3 km de haies est actuellement créé au milieu de la plaine agricole, permettant de reconnecter plusieurs remises boisées actuellement disséminées.

Cette implantation à proximité immédiate de la colonie de parturition évitera également aux Chauves-souris de croiser les voies routières toujours meurtrières, notamment la 4 voies (N12) toute proche.



Cliquez pour agrandir l'image


UNE HAIE CHAMPÊTRE

La haie est implantée sur 6 tronçons distincts, reliant entre-eux les bocquetaux existants.
Les 6000 plants disposés en quinconce, sont alignés sur deux rangs séparés d'1,50m, tout au long de bandes enherbées existantes.

Ainsi, une couverture herbacée permanente est maintenue en pied de haie sur environ 4 m d'un côté et 1 m de l'autre.
Sur un même linéaire, une alternance d'implantation de la haie, de part et d'autre de la bande enherbée, permet d'offrir différentes expositions d'ensoleillement de la couverture herbacée en pied de haie (des ourlets ensoleillés plus favorables aux insectes, des ourlets ombragés assurant des zones de fraicheur pour le gibier).

Le choix des essences s'est naturellement porté sur des plants forestiers d'essences locales : Noisetier coudrier, Aubépine monogyne, Cornouiller mâle, Cornouiller sanguin, Sureau à grappe, Sureau noir, Prunellier, Fusain, Charme et Erable champêtre.
De petits fruitiers (Groseilliers et Framboisiers) complétent en bourrage sur une dizaine de mètres les extrémités de chaque tronçon de haie.
Les espèces recouvrantes sont majoritaires (60% pour Noisetier, Cornouiller sanguin, Prunellier et Aubépine) afin de constituer une haie assez dense.

Un paillis biodégradable (dalle individuelle de jute à agrafer dans le sol) permet de conserver une structure meuble de la couche superficielle du sol et de maintenir une fraicheur favorable au développement optimal des systèmes racinaires.

Afin de réduire les dégâts occasionnés par le lièvre et le chevreuil, la pose de manchons grillagés (hauteur : 60 cm, diamètre : 30 cm) fixés à l'aide de tuteurs bambous se révèle incontournable.

L'entretien se fera mécaniquement à l'aide d'un lamier à disques permettant d'effectuer des tailles franches. Les haies seront rabattues tous les deux ans, à des hauteurs variant entre 2 m et 5 m selon les linéaires. Les produits de coupe seront broyés et réutilisés comme paillis pour la haie.
LES PARTENAIRES


Le projet est piloté par le Parc Naturel Régional de la Haute Vallée de Chevreuse, sur la Commune de Jouars-Pontchartrain candidate à intégrer le nouveau périmètre du Parc.
Les propriétaires du château de Pontchartrain ont contacté les services du Parc, afin d'évaluer les possibilités techniques et financières d'implantation de cette haie champêtre sur l'exploitation agricole de la propriété, qui couvre 200ha.

C'est la Fédération interdépartementale des chasseurs (FICEVY) qui a fourni les plants et la DRIEE-IF qui subventionne les matériaux de protection.
Le lycée agricole du CHEP du Tremblay-sur-Mauldre, plusieurs classes de l'école Jouars-Ponchartrain, les CPN Atena 78 et Les Oreillards débrouillards ont pris part à la plantation.

L'objectif naturaliste est multiple : favoriser le développement des araignées et des insectes en particulier, qui profiteront aux chauves-souris, mais également à la Perdrix grise pour réussir l'élevage de ses poussins.
Ces derniers sont tout spécialement entomophages durant les premières semaines de leur vie et bénéficieront à la fois des couverts et de la nourriture en pied de haie.

Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Voir les photos de la journée


Dernière mise à jour : mardi 6 novembre 2018
Copyright ((c)) 2010. Tous droits réservés.
Association Terroir et Nature en Yvelines
Mairie de Houdan - 78550 HOUDAN

Nous contacter:
atena.yvelines@orange.fr