Connaître : inventaire Chevêche

CONNAITRE

Les populations de Chevêche sont en régression partout en Europe, depuis une quarantaine d'année. Le phénomène est établi et connu des scientifiques. L'Ile-de-France et les Yvelines n'échappent pas à cette tendance générale et notre volonté est d'agir pour limiter et si possible contre-carrer ce processus.

Mais pour protéger efficacement, nous avons besoin de connaître.
Quel est l'état de la population locale de Chevêches ? Combien d'individus, de couples reproducteurs ? Où sont-ils situés ? Quels sont les milieux favorables leur permettant de subsister ?
Chaque année nous procédons à un inventaire de la population locale, au cours des mois de mars et avril en particulier.
Cliquez pour agrandir l'image
Photo G. Van Langenhove
Nous avons  observé des accouplements dès la mi-février.
Au cours de la phase pré-nuptiale, avant la ponte, la repasse est particulièrement efficace.

LA METHODE " DE LA REPASSE"

Le recensement de terrain s'appuie sur le fait que la Chevêche est une espèce "territoriale": les mâles en particulier produisent des signaux sonores (chants ou cris) pour défendre leur territoire à l'égard de mâles voisins ou étrangers.
La méthode consiste donc à utiliser un magnétophone et à émettre le chant enregistré d'un mâle, pour provoquer et faire réagir un éventuel mâle résidant.
Dès que la réponse est entendue, le magnétophone est stoppé, pour ne pas stresser et déranger inutilement l'oiseau sur son territoire.


NOS RESULTATS

Cette progression régulière correspond à une meilleure prospection, un plus grand nombre de sorties nocturnes et une extension géographique de la zone de recherche.


Les données sont cartographiées pour avoir une vue d'ensemble de la répartition géographique de la population de Chevêches.
La distribution spatiale de la Chevêche est étonnement hétérogène :
il y a des communes avec 3 couples, 5 couples et parfois plus, qui peuvent être voisines de communes totalement dépourvues de Chevêches.
  • Nous constatons la présence de regroupements, de véritables " agrégats " de Chevêches sur une même commune, comme si cette espèce " territoriale " (qui défend son territoire contre d'autres Chevêches), aimait bien en même temps la proximité de voisins situés à portée de voix (à moins de 500m).
En matière de proximité, nous avons eu des surprises, avec deux couples nicheurs distants seulement de 37m ; et deux autres toujours en nichoirs se reproduisant à 56m l'un de l'autre (des proximités " extraordinaires " ! ).
  • Nous constatons également des disparités inattendues d'une commune à l'autre et l'absence totale de Chevêches sur une commune, alors que les habitats paraissent assez comparables avec la commune voisine elle-même mieux dotée.
De telles disparités ne sont pas faciles à comprendre. Nous considérons toutefois que c'est la pénurie de cavités (dans nos paysages remembrés d'agriculture intensive), qui constitue le facteur principal conditionnant la présence ou l'absence de l'espèce.
En savoir plus :
2009, distribution spatiale de la population de Chevêches
En savoir plus :
2010, distribution spatiale de la population de Chevêches


Conclusion.
Les résultats obtenus montrent que, même si les densités sont faibles, la Chevêche est encore bien présente dans l'ouest rural des Yvelines et qu'il y a toujours un véritable enjeu de conservation, qui justifie la mise en œuvre de mesures de protection.
En savoir plus :
Le recueil des données de terrain


Dernière mise à jour : mercredi 12 septembre 2018
Copyright ((c)) 2010. Tous droits réservés.
Association Terroir et Nature en Yvelines
Mairie de Houdan - 78550 HOUDAN

Nous contacter:
atena.yvelines@orange.fr