Régime alimentaire

Rapaces nocturnes : des alliés naturels des agriculteurs

Le régime alimentaire des rapaces nocturnes a été longuement étudié par les ornithologues. Il est très bien connu aujourd'hui.
La plupart du temps, les Chouettes et les Hiboux avalent leurs proies entières, sans les dépecer. En outre, ils ont des sucs digestifs beaucoup moins puissants que les rapaces diurnes. Lorsque le gésier a assimilé les éléments nutritifs, tous les restes osseux, poils ou plumes ont régurgités et expulsés par l'œsophage, sous forme de boulettes dites " pelotes de réjection ", ou de régurgitation.

Ces pelotes sont plus ou moins faciles à trouver selon les espèces :

  • Pour la Chouette effraie, aux mœurs anthropophiles, elles sont faciles à récolter dans les clochers, les granges…
  • Pour le Hibou Moyen-duc, qui forme des dortoirs de  quelques dizaines d'individus en hiver, elles peuvent être ramassées au sol en grand nombre à cette saison, dans un petit bois de conifères…
  • Concernant la Hulotte, cela dévient nettement plus difficile, car elles sont dispersées en milieu forestier…

Les pelotes de réjection constituent donc un matériel de 1er choix et l'analyse de leur contenu renseigne précisément sur le régime alimentaire.

Les rapaces nocturnes sont de grands consommateurs de micro-mammifères, et tout particulièrement de RONGEURS :
les campagnols et mulots de différentes espèces sont à la base du régime alimentaire des rapaces nocturnes (sous nos latitudes moyennes)..
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Les souris rentrent dans une moindre part, car elles s'aventurent peu en dehors des maisons, sauf en zone méditerranéenne.
Les rats (surmulots) sont des proies généralement trop grosses, sauf pour la Chouette hulotte. Les autres rapaces nocturnes peuvent à l'occasion capturer des  individus jeunes.
Les musaraignes ne sont pas des rongeurs, elles possèdent des canines, leur régime alimentaire est donc de type carnivore,  ce sont des insectivores (comme la taupe ou le hérisson). Elles ne sont pratiquement consommées que par la Chouette effraie.
Cliquez pour agrandir l'image
Le Hibou des marais et le Hibou Moyen-duc ont un régime alimentaire spécialisé, dans lequel les rongeurs (et surtout les campagnols) occupent une place prépondérante (99% pour le premier, 90 à 95% pour le deuxième).

La Chevêche a un régime alimentaire diversifié, avec des proies variées (du lombric au micro-mammifère, en passant par de nombreux insectes selon la saison), mais attention, si on raisonne en terme de " bio-masse " (l'énergie réellement fournie par les proies consommées), les rongeurs sont inégalés et contribuent pour 90% à la satisfaction des besoins vitaux.

La Hulotte a un régime varié, les rongeurs y entrent pour environ 70%, la taupe 8 à 9%, les oiseaux 7¨%, les batraciens 7%… elle est susceptible d'attraper des proies assez grosses.

L'Effraie des clochers consomme 65 à 70% de rongeurs, elle se singularise par une part importante de musaraignes, un insectivore (environ 25%), catégorie de proie généralement négligée par les autres rapaces nocturnes.
Pour comprendre le rôle important joué par les rapaces nocturnes dans la nature,
il est intéressant de s'intéresser à leur proie favorite, le campagnol des champs.
Ce petit rongeur (d'un poids moyen de 30g) est actif de jour comme de nuit, mais avec des pointes d'activité au crépuscule et à l'aube.
Il creuse des terriers peu profonds, dont les entrées (des trous de 2,5 cm environ) sont bien visibles en surface. Ces terriers sont installés en milieux ouverts (jamais forestiers, sinon en lisière), dans les friches, en bordure de champs, de prairies, le long des talus.
Le campagnol des champ est un végétarien, qui consomme de jeunes pousses, des graines et qui peut occasionner des dégâts importants dans les champs de céréales, particulièrement les années de " pullulation ". La vitalité et la dynamique de reproduction des campagnols est en effet étonnante, avec 5 à 6 portées par an, de 4 à 6 petits, et surtout des jeunes, qui nés au printemps, sont déjà capables de se reproduire la même année, dès l'été suivant !
Les populations de campagnols peuvent être ainsi soumises à des " cycles ", avec des années d'explosion des effectifs, en particulier dans les plaines céréalières vouées à la monoculture.
Sans pouvoir empêcher ces " pullulations cycliques ", les rapaces nocturnes tempèrent, régulent, les populations de campagnols et se comportent en véritables auxiliaires de l'agriculture.




    
COMBIEN DE RONGEURS
UN COUPLE REPRODUCTEUR
DE RAPACE NOCTURNE ELIMINE-T-IL
CHAQUE ANNEE ?
Les rapaces nocturnes rejettent 2 pelotes par 24h, contenant chacune 2 à 3 proies.
Les ornithologues s'accordent à considérer que les rapaces nocturnes consomment 4 à 5 proies par 24h, avec bien sûr des variations suivant les saisons, les conditions climatiques, les régions…

Retenons l'hypothèse basse :
4 proies par jour.


  • Un adulte mange 4x365=1460 proies
  • Un couple mange 1460x2= 2920 proies

Ce couple d'Effraie, de Moyen duc ou de Hulotte élève 4 à 5 jeunes dans l'année.

Retenons l'hypothèse basse,
4 jeunes.

Ces jeunes naissent et commencent à être nourris en mai (en réalité beaucoup plus tôt chez la Hulotte).
Mais considérons même qu'ils ne mangent que 6 mois dans l'année, à raison de 4 proies par jour : 182 jours x 4 jeunes x 4 proies = 2912 proies.

Un couple élevant 4 jeunes élimine donc 5832 proies, qui sont à
80 ou 85% des rongeurs.

PRODIGIEUX, NON ?




                                 
LE MENU DE LA CHOUETTE EFFRAIE
(un exemple régional)

Un ornithologue allemand du nom d'Uttendoerfer a analysé des dizaines et des dizaines de milliers de pelotes de réjection de Chouette effraie.

Sur 77.602 vertébrés identifiés :
  • 74250 sont des mammifères (95,7%)
  • 2414 sont des oiseaux (3,1%)
  • 936 sont des batraciens (1,2%)

Concernant les mammifères
(la principale catégorie de proies)
Rongeurs : 72%
-Campagnols :  53,4%
-Mulots et souris :  18%
plus un peu de rats et lérots.

Insectivores 27,5
-Musaraignes : 27,5%
plus quelques taupes

Rongeurs + Insectivores
= 99,5% des mammifères



la fiche illustrée, les proies de la Chouette effraie

la fiche illustrée, les proies de la Chouette effraie


Dernière mise à jour : vendredi 13 juillet 2018
Copyright ((c)) 2010. Tous droits réservés.
Association Terroir et Nature en Yvelines
Mairie de Houdan - 78550 HOUDAN

Nous contacter:
atena.yvelines@orange.fr