Pourquoi un crapaudrome ?

Dans leur course vers la vie, les batraciens peuvent rencontrer la mort !


Le " crapaudrome " est un dispositif de protection des batraciens (1), pour éviter qu'ils ne se fassent écraser par la circulation routière.


Le dispositif consiste à édifier un barrage, pour canaliser les déplacements des batraciens et les " piéger " dans des seaux. Chaque jour, matin et soir, des volontaires font " la tournée des seaux ", ramassent les batraciens et les transportent de l'autre côté de la route.
Le dispositif est double, avec un barrage de chaque côté de la route, pour protéger les batraciens, à l'aller, et au retour.

Pour quelle raison ?
Les batraciens hibernent pour passer l'hiver, souvent dans un bois, en s'enterrant pour échapper au gel. Lorsqu'en fin d'hiver ils sortent de leur léthargie et dès que la température le permet , ils sont pris " d'une folie amoureuse ". Ils partent alors tout droit vers la mare qui les a vu naître. C'est là que l'hécatombe se produit, lorsqu'il leur faut franchir une route pour gagner la mare où ils vont se reproduire.
le point central est proche des bornes routières
l'étang de reproduction situé  entre la route et la Vesgre
  • Un premier barrage, du bois vers la mare, permet donc de les capturer lors de leur " migration " prénuptiale, à l'aller.
  • Un deuxième barrage est nécessaire, de la mare vers le bois, après la reproduction, lors de la " migration " de retour.

L'objectif général est donc de rétablir un couloir écologique interrompu par une infrastructure, de restaurer une continuité biologique entre une aire d'hivernage et un site de reproduction.


Du crapaudrome au crapauduc.

Le crapaudrome (du grec dromos, " la course ") apporte une réponse provisoire : le barrage est installé et démonté chaque année de février à mai. Il est contraignant et repose sur un engagement constant et répété, de protecteurs de la nature passionnés, mais qui ne peuvent que panser les plaies dans l'urgence.

L'objectif (aussi vite que possible) est de réaliser un passage sécurisé permanent, fixe et pérenne, à travers une conduite (du latin ductus) passant sous la route, un véritable " crapauduc ".

De même qu'au-dessus de certaines autoroutes on installe des " passerelles à gibier ", pour la grande faune, il est nécessaire de mettre en place des crapauducs en-dessous de certaines routes, à des points névralgiques, pour permettre à la petite faune de circuler…  et de vivre, tout simplement.
Ce qu'une infrastructure (la route) a brisé, une autre infrastructure (un tunnel ² ) doit le réparer. Il en va de la conservation de la biodiversité.


1 :Les premiers bénéficiaires sont les Crapauds communs Bufo bufo, qui représentent le gros de la troupe, mais il y a aussi des tritons et des grenouilles.
2 : une buse en béton, de forme rectangulaire

Dernière mise à jour : lundi 9 septembre 2019
Copyright ((c)) 2010. Tous droits réservés.
Association Terroir et Nature en Yvelines
Mairie de Houdan - 78550 HOUDAN

Nous contacter:
atena.yvelines@orange.fr