Le vol silencieux des rapaces nocturnes

" Entendre et voir, mais sans être entendu ! " telle pourrait être la devise des Chouettes et des Hiboux.
Leur vol est particulièrement silencieux et il est utile en classe de le comparer à celui d'oiseaux communs de même taille, tels que les Pigeons.
Les élèves peuvent facilement observer des Pigeons dans la cour de l'école, dans leur quartier ou leur village.
Cliquez pour agrandir l'imageLe claquement des ailes des Pigeons, lorsqu'ils frappent l'air pour s'envoler, est particulièrement bruyant. Ce qui n'est nullement un handicap, ces oiseaux végétariens n'ont pas besoin de se déplacer silencieusement pour se procurer les bourgeons ou les baies qu'ils convoitent, et qui sont à leur disposition "en permanence".

Il en va tout autrement pour des prédateurs nocturnes, qui doivent aborder des proies méfiantes et elles-mêmes "à l'écoute", des rongeurs vigilants qui entendent fort bien et qui surtout " entendent "… ne pas se faire croquer !
Les nocturnes ont deux dispositifs pour se déplacer silencieusement.

  • 1 - Tout d'abord leur plumage est " doux comme de la soie " et il est possible en classe de faire "caresser la différence", en apportant quelques plumes de Pigeon ou de Corneille, des oiseaux qui vivent le jour, et dont les plumes sont dures et raides au toucher.
Les très fines barbules des plumes des rapaces nocturnes donnent cet aspect velouté, qui amortit le frottement de l'air.
  • 2 - Ensuite, certaines grandes plumes du vol jouent un rôle particulier.
Cliquez pour agrandir l'image
Chez l'Effraie, les dents du " peigne " se situent sur toute la longueur de la première grande plume
Les premières " rémiges ", placées sur le bord d'attaque de l'aile, ont de fines barbules disposées en " peigne ", permettant de fendre l'air sans produire de bruit.
Cliquez pour agrandir l'image
Chez la Hulotte, les dents du " peigne " sont disposées sur les deux premières plumes.
Chez la Chouette effraie, la première plume de l'aile dispose sur toute sa bordure de fines barbules disposées en "peigne", qui permettent de fendre l'air sans bruit.
détail du peigne sur le vexile externe de la  rémige primaire
Cliquez pour agrandir l'image
On notera également leurs pattes emplumées, limitant le bruit des frottements de l'air, tandis que celles des rapaces diurnes sont "nues", seulement recouvertes d'une peau écailleuse.
Cliquez pour agrandir l'image
Faucon Crécerelle
Cliquez pour agrandir l'image
Hibou Moyen-duc
Cliquez pour agrandir l'image
Epervier d'Europe
Les doigts du Faucon crécerelle sont courts, ils servent à attraper les Campagnols des champs capturés au sol ; par comparaison, les doigts de l'Epervier d'Europe et leurs ongles recourbés sont très longs, ils sont spécialisés dans la capture des oiseaux attrapés en vol.
Ces deux rapaces, qui chassent le jour,  ont la peau nue, tandis que les serres du rapace nocturne, en l'occurrence le Hibou Moyen-duc, sont recouvertes de fines plumes.
L' ouïe chez les rapaces nocturnes
La vue chez les rapaces nocturnes
Les serres chez les rapaces nocturnes

Dernière mise à jour : lundi 1 juillet 2019
Copyright ((c)) 2010. Tous droits réservés.
Association Terroir et Nature en Yvelines
Mairie de Houdan - 78550 HOUDAN

Nous contacter:
atena.yvelines@orange.fr